Oeuvres sur papier
Vous êtes ici dans: Hortense GODFROY > Techniques

Techniques

La taille d’épargne désigne la gravure sur linoléum et la gravure sur bois. Sur des bases  techniques bien anciennes d’Allemagne sous Johannes Gutenberg .

Tout ce qu’ on creuse reste vierge ou sera, blanc à l ‘impression.

Ce qu’ on ne creuse pas sera le trait noir  qui sortira de l’imprimerie.

Il sera imprimé afin d ‘avoir le dessin.

La taille-douce désigne l’ensemble des procédés permettant de graver une plaque de métal qui est ensuite utilisée pour l’impression. Les moyens pratiqués sont le  burin, la  pointe sèche,  la manière noire ou berceau, l’eau-forte et  l’aquatinte. Le creux sur le métal gardera l ‘encre et sera imprimé .Depuis l’eau- forte de Rembrandt , elle a un peu évoluée avec les siècles. L’aquatinte datant du 18 me siècle , nous utilisons toujours les mêmes bases et le même s’avoir faire.

L’aquatinte : Principe de l’utilisation de la résine sur la surface de la plaque de métal , afin d’être immergée dans le bain d’acide.

L’eau – forte : Les traits tracées Existe  depuis le célèbre peintre et graveur   Rembrandt.

Souplesse et précision du trait, densité des noirs… en taille-douce mille subtilités de traitement sont possibles.  On peut aussi mixer différentes techniques sur une même plaque pour travailler individuellement chaque partie d’une image.

On peut graver deux plaques de métal  qu’on superpose pour une même gravure, je le pratique assez souvent.

.Exemple : » Dracula n’aime pas les miroirs ». A condition que ces deux plaques soient de mêmes dimensions. J’utilise aussi souvent deux plaques de métal que je joins l’une à l’autre .Exemple : ‘’Antique I.’’ Les gémeaux ont 4 plaques de bois.

On peut se laisser surprendre par le rendu d’une gravure au sucre, dans ce cas on dessine directement sur la plaque au pinceau avec de l’encre et du sucre, le vernis et l’acide fera le reste, je le fait rarement.

J’ai après plusieurs années de pratiques  utilisée toutes les techniques de gravure en taille-douce aussi bien sur cuivre, zinc, aluminium, acier ou rénalon. Je pratique  la gravure sur linoléum, ou  bois. Dans ce cas ce n’est pas les tailles qui feront le trait, mais la surface plane, qui sera non creusées.

Plusieurs papiers peuvent être utilisés à conditions qu’ils soient humidifiés avant d’être imprimés. Parfois j’aime me garder les  joies des découpages, qui illumines mes gravures ou leurs donnent de la profondeur.

C’est plutôt intéressant de se laisser porter à une technique très rigoureuse, on ne s’en lasse jamais.

Toujours, il faudra beaucoup de patience et de ténacité pour pratiquer cette discipline qui est  la gravure.